19 équipes en 19 jours – Attaque de l’Atlantique

Une nouvelle saison est en cours et les équipes sont entrées en lice, en quête du titre du Championnat de la LNR de 2011-2012. Examinons de plus près toutes les formations de la Ligue. Cette nouvelle série s’appelle 19 équipes en 19 jours, et nous vous encourageons à vous joindre à la discussion sur Twitter en suivant www.twitter.com/nrllnr ou en nous envoyant un courriel à NRLchatter@nationalringetteleague.ca

Attaque de l’Atlantique

Classement l’an dernier : n / a

Entraîneur en chef : Julien Léger
Deux questions à l’entraîneur Léger :
Qu’est-ce que cela signifierait pour vous à titre d’entraîneur, de remporter le Championnat de la LNR cette saison?
Mon rêve ultime est de remporter le championnat de la LNR. Cela serait sûrement le sommet de mes succès au niveau de ma carrière en tant qu’entraîneur. Gagner le Championnat lors de notre saison inaugurale serait extrêmement spéciale pour une équipe provenant de l’Atlantique. Honnêtement, il n’a pas de meilleure sensation que de gagner. Cette saison est une période de développement et d’apprentissage pour les athlètes et les entraîneurs de notre équipe puisque nous sommes techniquement tous des recrues. Réellement, notre objectif est de gagner au moins la moitié de nos parties de la saison régulière et de qualifier pour les séries éliminatoires. Notre but est d’emporter une médaille la saison prochaine au Championnat qui se déroulera au Nouveau-Brunswick où notre équipe est basée.

Que doit faire votre équipe pour remporter un Championnat de la LNR?
Pour gagner le championnat de la LNR, nos deux gardiennes devront être très solides. On devra exceller au niveau défensif et être efficace à la contre-attaque. Il faudra s’assurer qu’on ne rate pas trop sur nos opportunités de marquer des buts. En étant une équipe d’expansion, on devra s’adapter et apprendre rapidement à jouer dans cette ligue pour connaître du succès.

Le secret de la LNR à connaître à propos de cette équipe :
Toute l’équipe provient du Nouveau-Brunswick, à l’exception de Kendra O’Brien, qui vient de l’Île-du-Prince-Édouard. Et O’Brien a été membre de l’équipe canadienne, car elle a fait partie de l’équipe réserve en 2004 et en 2007.

La question à laquelle il faut répondre :
Est-ce que cette équipe sera compétitive? Dans les autres compétitions nationales, en général, la perception est que les équipes des provinces de l’Atlantique ne sont pas compétitives, et qu’elles sont une proie facile pour les équipes de l’Ouest qui sont plus fortes. Mais cette perception change lentement, et les équipes de l’Est tiennent maintenant leur bout! Seul le temps le dira en ce qui concerne l’Attaque de l’Atlantique.

Ce qui s’est passé pendant l’inter-saison :
Une nouvelle équipe est née, alors qu’une région du pays est devenue solidaire et a soutenu sa création. L’enthousiasme suscité par la création d’une nouvelle franchise de la LNR sur la côte Est est vraiment fantastique.

Le joyau (caché) :
Même si on ne la voit pas sur la glace, un des joyaux de l’Attaque de l’Atlantique est sans aucune doute sa représentante de presse, Krystle Hussey. Depuis qu’on a attribué une franchise à cette formation, Krystle a travaillé sans relâche à promouvoir l’équipe, et à susciter de l’enthousiasme dans toute la région. De la couverture médiatique aux discussions au sein du groupe de l’équipe dans Facebook, il se fait beaucoup de bruit autour de cette formation.

Raison d’être optimistes :
À titre de représentante des provinces de l’Atlantique au Championnat de la LNR de l’an dernier, l’Attaque s’est classée neuvième, soit le meilleur classement jamais atteint par une équipe de la côte Est. Dans l’alignement de l’équipe de la LNR, il y a dix nouveaux visages, si bien que la formation est différente de celle qui a joué à Cambridge, mais des joueuses clés comme Josee Doiron et Chantal Landry, apporteront sans aucun doute de la force à l’offensive de l’Attaque, sans compter la présence de Jasmine LeBlanc devant les filets.

Raisons de préoccupation :
En général, les équipes d’expansion connaissent une première saison difficile. La joueuse la plus âgée de la formation n’a que 24 ans, et même si plusieurs joueuses ont déjà participé au Championnat canadien au sein de l’équipe représentant les provinces de l’Atlantique, aucune n’a évolué dans la Ligue l’an dernier. La courbe d’apprentissage promet d’être très pentue!