19 équipes en 19 jours – Révolution de la Rive Sud

Une nouvelle saison est en cours et les équipes sont entrées en lice, en quête du titre du Championnat de la LNR de 2011-2012. Examinons de plus près toutes les formations de la Ligue. Cette nouvelle série s’appelle 19 équipes en 19 jours, et nous vous encourageons à vous joindre à la discussion sur Twitter en suivant www.twitter.com/nrllnr ou en nous envoyant un courriel à NRLchatter@nationalringetteleague.ca

Révolution de la Rive Sud

Classement l’an dernier :

Saison régulière – cinquième place dans la conférence de l’Est
Parties éliminatoires de la conférence de l’Est : défaite 1 à 2 contre les Devils de Gloucester

Entraîneur en chef : Luc Plante
Deux questions à l’entraîneur Plante :
Qu’est-ce que cela signifierait pour vous à titre d’entraîneur, de remporter le Championnat de la LNR cette saison?
Comme mes confrères dans la LNR, nous avons à peu près tous participé à des championnats canadiens à titre d’entraîneur-chef ou encore comme adjoint. Le sentiment qui se dégage lors de cette compétition de haut niveau nous amène souvent à rêver au plus grand honneur. Se retrouver derrière un banc de la LNR contre les meilleurs entraîneurs au pays et les meilleures joueuses, en plus de remporter le championnat serait un grand exploit et un honneur que j’aimerais partager avec mes adjoints et mes joueuses. Le défi est de taille, mais pas impossible.

Que doit faire votre équipe pour remporter un Championnat de la LNR?
Répondre à cette question en début d’année est assez difficile puisque le Révolution de la Rive-Sud a apporté plusieurs changements dans son alignement et compte sur un groupe de joueuses talentueuses, mais très jeunes. La moyenne d’âge est de 20.4 ans et la joueuse la plus âgée a 22 ans. Par contre, le goût de la victoire, le goût de se dépasser, le goût de jouer en équipe sont maintenant au centre des priorités de chaque fille. Cette année, la devise de chaque fille sera: pour avoir ce que les autres n’ont pas, il faudra faire ce que les autres ne font pas. Ceci devrait nous permettre de connaître une saison à la hauteur de notre talent et qui sait, rêver au grand honneur pourquoi pas?

Le secret de la LNR à connaître à propos de cette équipe :
Rive Sud s’est qualifiée pour les parties éliminatoires tous les ans depuis que la conférence de l’Est a institué un système de parties éliminatoires complet.

La question à laquelle il faut répondre :
Est-ce que le récent ajout de Jessica Pepper donnera la touche offensive voulue à la Rive Sud? Elle était la meilleure marqueuse de tous les temps pour le Royal de Bourassa (anciennement BLL), et elle marque de manière prolifique depuis qu’elle est devenue membre d’Équipe Québec aux Jeux d’hiver du Canada de 2003. D’ailleurs, elle aura de l’aide au sein d’une équipe qui a été capable de marquer des buts au fil des ans. Mais il reste à voir si cette tendance se maintiendra alors qu’elle a traversé le pont Champlain pour se rendre sur la Rive Sud.

Ce qui s’est passé pendant l’inter-saison :
Jessica Pepper est un énorme ajout à l’équipe, et elle a le potentiel de changer les choses pour cette formation qui a échangé l’excellente marqueuse qu’est Julie Primard la saison dernière. Mais Pepper n’est pas la seule addition de marque, car plusieurs jeunes joueuses sortant du programme des Jeux d’hiver du Canada de 2011, à savoir Marie-Laurence Tauvette, Carolane Krutzfeldt Duplessis et la gardienne Claudie Carpentier, aideront certainement l’équipe. Et l’équipe a aussi retenu les services de Catherine Giguère, une défenseure étoile qui a joué pour Équipe Canada Est au Championnat du monde junior des moins de 19 ans organisé à Prague en 2009.

Le joyau (caché) :
Claudie Carpentier, issue du programme des Jeux d’hiver du Canada, se joint au Révolution de la Rive Sud. Elle excellait au sein d’Équipe Québec, et elle a réalisé un arrêt qui restera dans les mémoires lors des dernières secondes de la finale contre la Saskatchewan, pour préserver la médaille de bronze à son équipe. Nous savons donc qu’elle peut performer sous pression, alors c’est sans doute un joyau prêt à briller au grand jour cette saison.

Raison d’être optimistes :
L’équipe était déjà bonne, mais elle n’a jamais franchi le cap de devenir une vraie prétendante à un titre national. Mais les joueuses sont là, alors cela pourrait très bien être l’année où cela va se produire!

Raisons de préoccupation :
Rive Sud a écopé en moyenne de 11,3 minutes de pénalité par partie la saison dernière. C’est tout simplement beaucoup trop, et si elles ne parviennent pas à trouver comment rester en dehors du banc des pénalités, elles auront du mal à progresser cette saison. Mais si elles réussissent à éviter le banc des pénalités, elles disposent de tous les outils nécessaires pour faire du bruit dans la conférence de l’Est.