19 équipes en 19 jours – WAM! d’Edmonton

Une nouvelle saison est en cours et les équipes sont entrées en lice, en quête du titre du Championnat de la LNR de 2011-2012. Examinons de plus près toutes les formations de la Ligue. Cette nouvelle série s’appelle 19 équipes en 19 jours, et nous vous encourageons à vous joindre à la discussion sur Twitter en suivant www.twitter.com/nrllnr ou en nous envoyant un courriel à NRLchatter@nationalringetteleague.ca

WAM! d’Edmonton

Classement l’an dernier :
Saison régulière – troisième place dans la conférence de l’Ouest
Championnat de la LNR : championne

Entraîneur en chef : Terry Stone
Deux questions à l’entraîneur Stone :
Qu’est-ce que cela signifierait pour vous à titre d’entraîneur, de remporter le Championnat de la LNR cette saison?
Remporter l’or l’an dernier au Championnat de la LNR avec une équipe classée huitième dans la Ligue a tout simplement été extraordinaire. J’ai été extrêmement fier de faire partie de cette équipe capable de conquérir à nouveau le titre (Saskatoon en 2010) alors que huit recrues avaient remplacé huit joueuses d’expérience. Le sentiment de réussite que toute l’équipe a ressenti a été incroyable. Même s’il sera difficile de répéter ce genre d’exploit et de ressentir la même chose, peut-être que trois titres d’affilée pourraient y parvenir!

Que doit faire votre équipe pour remporter un Championnat de la LNR?
Dans l’ensemble, notre équipe est la même que l’an dernier. Nous avons perdu deux vétéranes qu’il sera difficile de remplacer, mais sept de nos recrues ont maintenant un an d’expérience dans la Ligue, y compris une participation au Championnat. Si nous pouvons obtenir un bon résultat dans la conférence de l’Ouest, garder le contrôle de nos émotions et jouer en équipe, nous devrions bien performer au Championnat de la Ligue.

Le secret de la LNR à connaître à propos de cette équipe :
Les jours où le WAM! étaient une équipe de vétéranes qui vous battait grâce à leur expérience sont bien finis. Il est vrai que l’équipe est la championne en titre, et qu’elle peut vous battre de diverses manières, mais en ce qui concerne l’âge moyen des joueuses, elle est la dixième plus vieille de la Ligue. Elle ne figure même pas parmi les cinq plus vieilles! Il y a davantage de jeunesse au WAM! que les gens pensent.

La question à laquelle il faut répondre :
Qui va marquer les buts? Jenn Hartley, MVP d’Équipe Canada au Championnat du monde et meilleure marqueuse du WAM!, a déménagé ses pénates en Finlande cette année, laissant derrière elle un énorme trou dans l’offensive de l’équipe. Mais Jillian Basterash a obtenu six points en huit matches lors du Championnat de la LNR la saison dernière, et de plus, elle a remporté la médaille d’argent aux Jeux d’hiver du Canada, alors elle pourrait bien être prête à reprendre le flambeau offensif!

Ce qui s’est passé pendant l’inter-saison :
Jenn Hartley est partie en Finlande. La rubrique «Dix choses auxquelles je pense» a peut-être gagné une contributrice de valeur à inviter, mais le WAM! a perdu une leader et une marqueuse qui jouait un rôle vital pour l’équipe. Il y a donc un gros trou à combler, mais au cours des récentes saisons, cette formation a su compenser les départs de membres de l’équipe nationale comme Carly Ross, Alexis Snowdon ou Megan Todd, pour ne nommer que celles-là. Et apparemment l’équipe accomplit un bon travail dans ce secteur.

Le joyau (caché) :
Robyn Kerr est une défenseure qui en est à sa cinquième année dans la Ligue et qui peut contribuer à l’offensive, mais sans être une attaquante dominante. Elle apporte de l’expérience à la bridage défensive du WAM. Kerr, qui est encore très jeune (elle n’a que 22 ans), est néanmoins la joueuse la plus expérimentée de la défensive, et on lui demandera de jouer un rôle de leader cette saison.

Raison d’être optimistes :
Les championnes canadiennes en titre savent comment remporter un Championnat.

Raisons de préoccupation :
Va-t-on encore revenir sur le cas de Hartley? Il y a encore beaucoup de bonnes joueuses dans cette équipe. Hartley était une pièce maîtresse de l’alignement l’an dernier, mais elle n’était pas la seule bonne joueuse de l’équipe. Cependant, aucune équipe dans cette Ligue ne peut perdre une athlète du calibre de Hartley sans être un peu préoccupée par son départ.