19 équipes en 19 jours – Wild de Saskatoon

Une nouvelle saison est en cours et les équipes sont entrées en lice, en quête du titre du Championnat de la LNR de 2011-2012. Examinons de plus près toutes les formations de la Ligue. Cette nouvelle série s’appelle 19 équipes en 19 jours, et nous vous encourageons à vous joindre à la discussion sur Twitter en suivant www.twitter.com/nrllnr ou en nous envoyant un courriel à NRLchatter@nationalringetteleague.ca 

Wild de Saskatoon

Classement l’an dernier :
Saison régulière – cinquième place dans la conférence de l’Ouest

Entraîneur en chef : Dwayne Andreen
Deux questions à l’entraîneur Andreen :
Qu’est-ce que cela signifierait pour vous à titre d’entraîneur, de remporter le Championnat de la LNR cette saison?
Si le Wild remportait le Championnat de la LNR, ce serait pour moi un des plus grands sentiments d’accomplissement à titre d’entraîneur et de directeur général de ce groupe de jeunes femmes. On a connu beaucoup de hauts et de bas au cours des dernières saisons, alors en arriver à ce résultat serait tout simplement fantastique.

Que doit faire votre équipe pour remporter un Championnat de la LNR?
Pour que le Wild atteigne cet objectif cette saison, il faudrait que nous ayons un bon départ de la saison en Colombie-britannique, en fin de semaine. Nos nouvelles jeunes joueuses, ainsi que nos vétéranes, ont travaillé fort pour apprendre nos systèmes de jeu. Il faut que les jeunes joueuses écoutent non seulement les entraîneurs, mais aussi les vétéranes, à propos de ce qu’il faut faire en équipe. Tout le monde doit savoir ce qu’elles ont à faire personnellement cette saison, aussi bien sur la glace que hors glace.

Le secret de la LNR à connaître à propos de cette équipe :
Erin Cumpstone est la seule membre de l’équipe qui fait partie d’une équipe nationale. Et en fait, elle fait partie de deux équipes nationales! On comptera sur Cumpstone pour fournir le leadership nécessaire au Wild et pour marquer des buts, mais elle gère aussi une équipe de lanceuses, car elle est receveuse de l’équipe canadienne de balle molle qui participe aux Jeux panaméricains aux Mexique.

La question à laquelle il faut répondre :
Est-ce que cette équipe peut faire fonctionner les choses cette année? L’an dernier, si quelque chose pouvait aller mal, cela allait mal! Blessures, parties perdues de justesse, manque de joueuses sur le banc … la liste est longue! Tout cela a débouché sur une saison sans victoire pour le Wild, et même s’il est peu probable que les choses iront aussi mal cette saison, ce groupe a une grosse côte à remonter pour devenir une réelle menace dans la conférence de l’Ouest.

Ce qui s’est passé pendant l’inter-saison :
L’alignement compte plus de joueuses. La Saskatchewan a produit plusieurs nouvelles joueuses, si bien que l’équipe a maintenant un peu de profondeur, un luxe qu’elle n’a pas connu depuis longtemps. Contrairement à l’an dernier, l’équipe n’est pas tout le temps à une blessure du désastre, et une marge lui permettant de respirer un peu est précisément ce dont elle a besoin.

Le joyau (caché) :
Courtney Schell est revenue au bercail à Saskatoon, après un séjour à Cambridge avec les Turbos. Ses capacités défensives, son leadership et son expérience du Championnat acquise en Ontario, devraient aider toutes les joueuses de l’équipe à s’améliorer.

Raison d’être optimistes :
L’ajout de Schell et de Samantha Gropp (qui a obtenu 12 points en sept parties pour l’équipe de la Colombie-britannique aux Jeux d’hiver du Canada) donne à l’équipe du leadership nécessaire dans la Ligue, et un complément offensif qui aidera Cumpstone.

Raisons de préoccupation :
Cette équipe n’a pas remporté une seule partie l’an dernier, si bien qu’elle a une grosse pente à remonter. Elle devra faire beaucoup mieux en défensive (leur gardienne de but de l’an dernier, Juliegh Clarke a affronté le plus de tirs par partie dans la Ligue), et elles doit trouver une autre source de production offensive que Cumpstone pour marquer des buts. Cela peut se produire (et le Wild l’a fait par le passé), mais il faut que beaucoup de choses tombent en place pour que cette formation puisse participer aux séries éliminatoires.