Avant-première de la saison 2009-2010 de la LNR

Cette intersaison a été très occupée dans la Ligue nationale de ringuette. En effet, nous avons maintenant une nouvelle équipe (en quelque sorte), beaucoup de nouvelles joueuses fantastiques, et un nouveau calendrier pour notre conférence de l’Ouest. Mais la constante, c’est que tout le monde a encore comme objectif le Championnat de la LNR. Tout a commencé au mois de juillet 2009 avec le repêchage de la Ligue, et cela se terminera le 10 avril 2010 à Saskatoon, par la phase finale du Championnat de la LNR. Et on peut s’attendre à ce que beaucoup de choses se passent d’ici là!

Examinons pour commencer la conférence de l’Est :
 
Division de la Capitale
Dans cette division, les places ont été chèrement disputées jusqu’au tout dernier moment la saison dernière, et tout porte à croire qu’il en sera de même cette saison. Le Ice d’Ottawa a remporté la division et s’est qualifié pour le Championnat de la LNR, tandis que les Cyclones de Québec les ont rejoints après avoir décroché leur billet par l’entremise des éliminatoires de la conférence de l’Est. Et maintenant que le Québec a pris goût au tournoi de Championnat de la LNR, il est peu probable qu’il laissera sa place! À aucun prix! À titre d’équipe d’expansion, Gatineau s’est très bien comportée, en n’étant éliminée des parties éliminatoires que durant la dernière fin de semaine de jeu. Les Devils de Gloucester souffert d’une année de congé qui n’est pas susceptible d’être répété. Ils ont ajouté Nepean joueur AA Belle Alison Biewald et encore se vanter d’un solide noyau de l’équipe canadienne dirigée par le vétéran Hagan Colleen.
 
Division de Montreal
Le Mission de Montréal a facilement dominé cette division l’an dernier. Même si elles se pointent à nouveau en grande favorites cette saison, elles devront surveiller leur rivales de plus près. En effet, le BLL, emmené par Jessica Pepper, couronnée recrue de l’année la saison dernière, compte bien faire de gros progrès, et cette formation n’a besoin que de quelques points supplémentaires pour se qualifier pour les parties éliminatoires au printemps prochain. De son côté, grâce à l’ajout de Sarah Bernard-Lacaille, membre d’Équipe Canada Est au Championnat du monde junior, le Lac St. Louis pense lui aussi pouvoir progresser par rapport à la saison dernière.
 
Division du sud de l’Ontario 
Il s’est produit un énorme tremblement de terre pendant l’intersaison! En effet, la capitaine des Turbos de Cambridge, Jennifer Wakefield a déménagé en Colombie-britannique et a signé avec l’Avalanche de Fraser Valley. Cela aura sans aucun doute des répercussions pour les Turbos car personne ne peut perdre une joueuse de la classe de Wakefield sans s’en ressentir énormément. Wakefield a manqué plusieurs parties l’an dernier (elle a disputé 22 parties et amassé 113 points), mais elle a toujours été là dans les moments cruciaux. Toutefois, les Turbos ont encore beaucoup de cordes à leur arc, notamment avec Sharolyn Wouters, Jacqueline Gaudet et la gardienne Megan Pittaway. Mais l’absence de Wakefield se fera certainement sentir. Tous les yeux seront tournés vers les Turbos pour voir comment ils vont réagir sans la #4 patrouillant au centre de la patinoire. 
Richmond Hill a connu un été très fertile en événements, après une année sans participer au Championnat de la LNR. Le Wildfire de Waterloo espère gagner à nouveau son billet pour le Championnat grâce à un mélange équilibré de vétérans et de quelques recrues, encadrées par un personnel d’entraîneurs chevronnés.
 
Alors quelles sont les conclusions à en tirer? On peut s’attendre à des parties encore plus disputées et à des éliminatoires très serrées. En effet, les forces en présence se sont resserrées dans la conférence de l’Est, et certaines équipes qui ne se sont pas qualifiées pour le Championnat l’an dernier pourraient bien y participer cette saison. Il faudra donc surveiller de près une course jusqu’au poteau dans la division du sud de l’Ontario, et une rivalité très intense entre Gloucester, Ottawa et Québec dans la division de la Capitale. On peut également s’attendre à ce que Whitby et Gatineau se soient grandement améliorés après leur saison d’expansion.
 
Jetons maintenant un coup d’oeil à la conférence de l’Ouest :
 
La suprématie de Winnipeg sera chèrement disputée. L’Alberta est proche, la Colombie-britannique s’est beaucoup améliorée et Saskatoon est dores et déjà qualifiée à titre de ville hôte du Championnat de la LNR.
 
La bataille pour la domination à Winnipeg ne sera pas moins chaude que l’an dernier. Il a fallu attendre la dernière partie du calendrier la saison passée pour savoir qui se qualifierait pour le Championnat de la LNR, et il est très probable que cela se reproduira encore une fois cette saison. Les Jets et le Fire des Prairies ont tous deux bénéficié d’une excellente intersaison et ces formations verront arriver du renfort émanant d’une exceptionnelle cohorte manitobaine qui faisait partie d’Équipe Canada Ouest au Championnat du monde junior cet été à Prague. Il pourrait très bien s’agir de la première année où le Manitoba entre sérieusement dans la danse.
 
En Alberta, le WAM! et le RATH présentent une bonne combinaison d’expérience et d’enthousiasme de la jeunesse. Le WAM! pourra se fier à son excellente gardienne de but Keely Brown, tandis que le RATH peut s’attendre à une bonne performance tout au long de la saison de son pilier défensif Stacey McNichol (à propos, pendant leur campagne de la LNR, McNichol et Brown seront aussi en lice pour faire partie d’Équipe Canada de 2010).
 
Il y a eu beaucoup de changements en Colombie-britannique : une nouvelle équipe, un nouveau nom, de nouvelles joueuses et une nouvelle identité. Toute la communauté de ringuette de la Colombie-britannique veut oublier la saison dernière, alors qu’elle n’a remporté qu’une seule victoire tout au long de la saison. Mais cette année, le Reign de la C.-B., qui est devenu l’Avalanche de Fraser Valley, s’est renforcé d’une des meilleures joueuses de l’histoire de la LNR, Jennifer Wakefield. Wakefield permettra à cette formation de générer de l’offensive, tout en procurant ses talents défensifs et son leadership à cette équipe qui était déjà en cours d’amélioration à la fin de la saison dernière. Et pour étayer ses arrières, l’Avalanche va récupérer les services de la gardienne Shannon Anderson, membre d’Équipe Canada en 2007. Ajoutons à ce mélange la défenseure d’Équipe Canada, Jill Lange, et un solide noyau de jeunes, et on peut prédire que l’Avalanche va commencer à faire des vagues dans l’Ouest cette saison.
 
Alors, dans l’optique de l’obtention des billets de fin de saison, même s’il est toujours risqué de faire des prédictions, nous pouvons néanmoins souligner quelques possibilités :
1. Saskatoon sera présent au Championnat, car elle bénéficie d’un laissez-passer automatique à titre de ville hôte. Cela sera un grand secours pour cette formation dans sa préparation pour le Championnat, mais elle préférerait sans aucun doute se qualifier par ses propres moyens, si bien qu’il lui reste du pain sur la planche!
 
2. Trois autres équipes de la conférence de l’Ouest seront présentes à la phase finale du Championnat. Étant donné que la C.-B. s’est améliorée, tout comme les deux équipes du Manitoba, les deux formations de l’Alberta (Edmonton et Calgary) doivent s’attendre à voir leur suprématie sérieusement malmenée cette saison.
 
3. Cinq équipes de l’Est participeront au Championnat, la meilleure de la saison régulière obtenant un laissez-passer direct. Les quatre autres places seront attribuées à l’issue de séries trois de cinq auxquelles participeront les championnes des autres divisions, les équipes classées secondes de chaque division et les trois autres formations les mieux classées. Par conséquent, la course serrée pour le titre dans la division de la Capitale, et les courses encore plus disputées dans les divisions de Montréal et du Sud de l’Ontario, représenteront beaucoup plus que le simple droit de pouvoir se vanter auprès de ses rivales!
 
4. Une formation de l’Atlantique complètera la liste des dix équipes engagées dans le tournoi de Championnat de la LNR.