Dix équipes, un seul titre – Ce qu’il faut surveiller au prochain tournoi de Championnat de la LNR

Pour la deuxième année consécutive, les équipes de la Ligue nationale de ringuette se sont rencontrées toute la saison pour tenter de se qualifier au tournoi de Championnat de la LNR qui est organisé dans le cadre du Championnat canadien de ringuette. Et pour la deuxième année, les formations sont très proches les unes des autres, aucune équipe n’ayant une avance marquée à l’approche du tournoi de Championnat. Cinq des dix équipes qualifiées (sur dix) n’étaient pas présentes l’an dernier, si bien qu’il y aura beaucoup de changements, et beaucoup de nouvelles venues qui tenteront de faire leur marque dans ce tournoi.

Les équipes et la compétition
La formule de ce Championnat de la LNR est un tournoi à la ronde en deux parties. Cela signifie que lors des préliminaires, les formations sont scindées en deux poules de cinq équipes chacune. Les trois meilleures formations de chaque poule sont «promues» à la poule finale, dans laquelle elles doivent affronter les trois équipes venant de l’autre poule. Les points accumulés pendant ces trois parties, cumulés à ceux obtenus lors du premier tour contre les autres équipes qualifiées pour la poule finale, comptent en vue du classement de la ronde des médailles. C’est un peu compliqué, mais voilà déjà ce qu’on peut en déduire : écraser une équipe dont la fiche n’est pas bonne ne vous procure aucun avantage marquant; baisser sa garde au cours de n’importe quelle partie au cours de la semaine peut mener à une élimination précoce; et être bon au début de la semaine et excellent à la fin sera sans doute le scénario gagnant, surtout si on se fie aux résultats de l’an dernier.
 
Les deux poules initiales se composent comme suit :
Poole A
WAM! d’Edmonton
Mission de Montréal
Fire des Prairies
Révolution de la Rive Sud
Cyclones de Québec
 
Poole B
Turbos de Cambridge
RATH de Calgary
Ice d’Ottawa
Wildfire de Waterloo
Attaque de l’Atlantique
 
Étant donné que le résultats des parties du premier tour risquent de compter pour la poule finale, il ne suffit pas de «survivre et se qualifier». Se qualifier avec une fiche de 2-0 signifie que vous êtes en très bonne position, tandis que passer en finale avec une fiche de 0-2 veut dire que vous devez absolument remporter vos trois matches en poule finale, et espérer avoir de l’aide, pour pouvoir accéder à une mini partie pour la ronde des médailles. Mais rien n’est impossible. Cependant, remporter le Championnat en se qualifiant pour la poule finale avec une fiche de 0-2 tiendrait de l’exploit!
 
Équipes endurcies par la bataille
Parmi les dix équipes participant à ce tournoi de Championnat, quatre savaient que lors de la dernière fin de semaine de la saison, elles devaient obtenir un excellent résultat ou bien faire leurs valises pour rentrer à la maison. En ce qui concerne Waterloo, la Rive Sud et Québec, cela a pris la forme d’une série de qualification éliminatoire, et pour le Fire des Prairies ce fut une dernière fin de semaine de la saison disputée à l’arraché! Par contre, de son côté le WAM! d’Edmonton avait obtenu son billet pour le tournoi de Championnat dès le mois de janvier, et il s’est virtuellement contenté de contrôler la situation depuis. Montréal et Cambridge avaient également assuré très tôt leur billet pour Charlottetown, et ils n’ont pas eu à forcer leur talent pour se qualifier pour la phase finale. On verra donc dès le début des poules préliminaires si ces formations peuvent reprendre leur forme de pointe et concourir au plus haut niveau après avoir eu si peu à forcer pendant si longtemps.
 
L’impact d’une longue saison
Pour trois de ces équipes, il s’agit du deuxième tournoi important de l’année. En effet, Cambridge, Calgary et Montréal ont déjà participé au Championnat du monde des clubs disputé au mois de novembre, avant le début de la saison. C’était il y a longtemps, mais les effets à long terme des six parties supplémentaires et d’un déplacement de plus pourront peut-être se faire sentir à Charlottetown. Il faudra donc surveiller des signes éventuels de fatigue au sein de ces formations qui ont disputé davantage de parties que les autres.
 
Déjà vu!
Montréal et Cambridge se sont affrontés en finale du tournoi de Championnat de l’an dernier. Edmonton avait été sacré champion l’année précédente. Et Calgary avait perdu en demi-finale à l’an dernier. Ces équipes sont donc habituées à la pression qui règne lors de la semaine du Championnat. Quand la semaine tirera à sa fin et qu’on devra serrer un peu plus fort les bâtons, leur expérience sera peut-être le petit facteur supplémentaire dont elles auront besoin pour réussir le bon jeu au bon moment et remporter une partie importante.
 
Nouvelles joueuses
Parmi les dix équipes qui participent cette année au tournoi de Championnat, seulement quatre étaient présentes l’an dernier. Il faudra donc surveiller de près la progression des six autres formations, alors qu’elles sont confrontées pour la première fois à la formule du tournoi de Championnat. Certaines équipes, comme l’Attaque de l’Atlantique ont des joueuses clés qui ont participé au tournoi l’an dernier, mais la plupart des autres équipes dont c’est la première apparition en phase finale (Fire des Prairies, Waterloo, Ottawa, Québec, et Rive Sud) n’ont jamais encore expérimenté cette formule. Disputer deux parties cruciales chaque jour pendant une semaine est une expérience unique, et certaines formations vont relever ce défi mieux que d’autres.
 
Première journée
On ne peut pas remporter le tournoi de Championnat de la LNR le premier jour de la compétition. Mais on peut le perdre! Un départ avec une fiche de 0-2 ne garantit pas l’élimination, mais cela rend la tâche extrêmement difficile. Dans une épreuve comme celle-ci, la première partie peut être vitale. Il n’est pas absolument nécessaire de la remporter, mais il faut se présenter sur la glace! En effet, les matches se succèdent à un rythme très rapide, si bien que les équipes doivent oublier une défaite éventuelle au premier match avant de sauter sur la patinoire pour la deuxième fois. Si elles n’en sont pas capables, elles risquent de se retrouver avec une fiche de 0-2 avant même d’avoir fini de défaire leurs valises! Le tournoi de Championnat de la LNR est une épreuve bizarre : c’est un marathon dans lequel les 200 premiers mètres sont cruciaux! Les équipes qui réussissent bien pendant ces 200 premiers mètres obtiendront un excellent résultat pendant les 26 milles restant du Championnat.