Ce premier voyage sur la route de l’équipe dans la LNR fut un vrai tourbillon.

L’Atlantic Attack a parcouru 2439 km afin de compléter leurs trois premières victoires au sein la LNR. Plusieurs autres équipes de LNR pourront vous le confirmer, la planification du premier voyage sur la route n’est pas chose facile. Une fois que l’hôtel est réservé, les choses sont finalement en branle. Sauf bien entendu si vous réservez toutes vos chambres en ligne sur « Priceline » et que leur site internet ne peut vérifier le nombre de lits par chambre. Rapidement, vous avez recours au plan B soit celui que l’on nomme le « juste au cas où ». Vous récupérez donc une série de matelas gonflables que vous paquetez avec l’équipement de l’équipe et tout cela, en espérant que l’équipe dormira confortablement.

Une fois les minis-fourgonnettes et les chambres d’hôtel réservées, vous devez maintenant décider qui va dans quel véhicule et l’heure de départ des véhicules. Vous avez vos conducteurs et la date approche drôlement vite, mais il y a les examens du mi-semestre, les cours universitaires et sans oublier les horaires de travail. C’est à ce moment que vous réalisez que vous avez 5 minis-fourgonnettes qui partent à des heures différentes et à quel point vous regrettez de ne pas avoir acheté ces actions de WestJet en 2002.

Nous voilà enfin arrivés au vendredi le 14 octobre 2011 et l’équipe Atlantic Attack est finalement sur la route avec à son bord la plus grande flotte de séchoir à cheveux, i-pods et de patins à glace à jamais traverser la frontière Nouveau-Brunswick/Québec 2 fois en 48 heures. Cela a pris environ 6 heures de routes avant que commence les négociations avec le chauffeur que nous étions prêtes à échanger les pauses “pipi” et les arrêts chez Tim Horton et ce afin d’arriver à l’hôtel avant la mini-fourgonnette qui était partie une heure avant la nôtre. Une fois arrivées à l’hôtel, évidemment, vous vous promenez de chambre en chambre avant de vous retirer dans la vôtre pour une nuit blanche causée par l’anticipation de vos débuts dans la LNR. Pour ajouter à votre expérience de nouvelle joueuse dans la LNR, surtout si vous êtes fanatique des Maple Leafs de Toronto, vous vous rendrez bientôt compte que votre entraîneur a toujours quelques longueurs d’avance sur vous. Plus particulièrement quand vous retrouvez votre pyjama préféré des Leafs noué de façon à ce qu’il soit humainement impossible de le dénouer. Vous savez de façon incontestable que votre entraîneur, fervent amateur des Canadiens de Montréal, est venu vous visiter.

Finalement, le grand jour est arrivé, le jour du match! Ce n’est plus une grosse affaire que les casques ne correspondent pas, car ils sont venus dans les mauvaises tailles, ou que les gants de l’équipe sont en rupture de stock. Les heures défilent rapidement et votre équipe se retrouve avec 2, 4 puis finalement 6 points au classement ! Le dimanche vous faites le long chemin du retour physiquement et mentalement épuisées. Vous arrivez à la maison après minuit, après avoir reçu plusieurs messages et téléphones de votre famille et vos amis pour vous féliciter. C’est à ce moment que vous réalisez que vous avez accompli quelque chose d’absolument remarquable en vos débuts dans la LNR. Malgré les obstacles que vous avez heurtés, le pyjama que vous n’avez pas eu la chance d’enfiler et le fait que vous avez dû revenir de l’arrière sur le tableau d’affichage deux fois en trois parties, ces fameux voyages dans la LNR savent tisser des liens solides entre les membres d’une équipe. C’est en vous étendant dans votre lit et en réfléchissant à ce premier week-end en tant que joueuse dans la ligue la plus importante de ringuette de votre pays, la ligue élite, que vous comprenez que vous feriez n’importe quoi pour vivre ce sentiment que vous avez ressenti quand vous étiez sur la glace de nouveau…