Dix choses auxquelles je pense – Avant le Championnat du monde de 2010

C’est une époque très spéciale de l’année. Voici donc un épisode très spécial de «Dix choses auxquelles je pense». La saison de la LNR commence à peine, et certaines choses demeurent les mêmes (Catherine Cartier continue à marquer comme une machine), mais d’autres changent (Gatineau a une fiche de 2-1). Mais pour l’instant, tous les yeux sont tournés vers Tampere, en Finlande, où a lieu le Championnat du monde de ringuette. Étant donné que «Dix choses» est déjà basé sur les articles sur la NFL de Peter King, je vais baser cet avant-goût sur les avant-goûts de la saison proposés par John Buccigross sur ESPN.com.  Et tout ces avant-goûts sont des paroles de chanson….. parce que c’est comme ça qu’on fonctionne ici!

1. Je pense que si vous avez regardé la cérémonie de clôture des Jeux olympiques vous avez sans doute pensé à deux choses : a) Eh ben, ces New Pornographers sont incroyablement bons, comment cela se fait-il que je ne les connaissais pas encore?; et b)  rien de bon ne peut arriver après la phrase, «Mesdames et Messieurs, Nickelback».  Ayant appris cette leçon, j’ai choisi la meilleure chanson jamais produite à Vancouver (eh oui, j’ai osé dire ça, M. Bryan Adams) qui est Use It by the New Pornographers: (Utilise-la)

and two shapes in the dark (et deux formes dans l’ombre)

across the way know the price of flight (en face, savent quel est le prix de l’envol)

its weight and size (son poids et sa taille)

if you’ve got something (si vous avez quelque chose)

that sheds some light (qui jette de la lumière)

use it tonight, tonight (utilise-la cette nuit, cette nuit).

Si le Canada a quelque chose qui jette de la lumière, il va l’utiliser en Finlande. On ne laissera rien sur la glace. Point final.

2.  Je pense qu’il y a beaucoup de sang neuf au sein d’Équipe Canada cette année. En effet, 14 des 22 joueuses de l’équipe n’en étaient pas membres au Championnat du monde à Ottawa en 2007. Deux des nouveaux éléments clés proviennent de toutes petites villes, mais elles vont jouer un rôle prépondérant. Jennifer Hartley s’est vraiment révélée à titre de membre du WAM! d’Edmonton, tandis que Kailee Dundas, du RATH de Calgary, continue à être une force offensive et défensive de la LNR, et maintenant d’Équipe Canada. Elles viennent respectivement de : Hartley de Balzac, AB, et Dundas – Hussar, AB.  Évidemment, la groupe qui vient immédiatement à l’esprit est … Rural Alberta Advantage, parce que nous allons vraiment avoir un avantage rural de l’Alberta là-bas en Finlande. Voici les paroles de la chanson :

Edmonton’s just a four-night bike ride outta town (Edmonton n’est qu’à quatre nuits de vélo de la ville…)

Une finale deux de trois, et une partie du tournoi à la ronde contre la Finlande… Quatre nuits et nous allons revenir là où nous étions à Edmonton, c’est-à-dire Championnes du monde!

3.  Je pense que si une équipe de la LNR avait les joueuses suivantes :

– Chelsea Stone (WAM! d’Edmonton)

– Kari Sadoway (WAM! d’Edmonton)

– Catherine Cartier (Mission de Montréal)

– Heather Konkin (WAM! d’Edmonton)

Vous pensez probablement que «ce serait une assez bonne équipe». Eh bien ces joueuses font partie de l’équipe des États-Unis, et il se peut que les Américaines puissent faire un bon résultat si tout va bien pour elles. Donc le message envoyé au Canada et à la Finlande vient du groupe Spoon :

you got no fear of the underdog (tu n’as pas peur du négligé)

that’s why you will not survive (c’est pour ça que tu ne vas pas survivre.)

Si vous n’êtes pas à votre meilleur contre les États-Unis, il faut s’attendre à en payer le prix. Il faudra donc faire preuve d’une peur très pertinente contre les «négligés» que sont États-Unis et la Suède.

4.  Je pense que nous n’avons pas encore tout à fait oublié Ottawa. Cela fait trois ans que cela nous motive, et que c’est la force qui a préparé le Canada à relever le défi à Tampere.  James Morrison a parfaitement exprimé ça en disant : «Nothing Ever Hurt Like You» (Rien ne fait mal autant que toi). 

I got my hands up to take your aim (J’ai levé les mains pour te viser)

Yeah I’m ready (Oui, je suis prêt)

There ain’t nothing that I won’t do (Il n’y a rien que je ne ferais pas)

Walk a thousand miles on broken glass (Marcher sur du verre cassé pendant mille kilomètres)

It won’t stop me (Cela ne m’empêchera pas)

From making my way back to you (De me frayer un chemin pour revenir à toi)

It’s not real until (Ce n’est pas réel tant que)

You feel the pain (Tu ne sens pas la douleur)

And nothing ever hurt like you (Et rien ne fait mal autant que toi.)

Rien ne fait aussi mal que de perdre le trophée Sam Jacks.  Mais le Canada est prêt à marcher sur du verre cassé pendant mille kilomètres pour revenir là-bas et reprendre le titre.  Cette fois-ci vous pouvez être sûrs d’une chose, le Canada est prêt.

5.  Je pense qu’il serait bizarre d’avoir une version musicale de «Dix choses auxquelles je pense» sans une chanson de Glee.  Je pense qu’on pourrait partir dans beaucoup de directions avec eux. Par exemple, “Sweet Caroline” serait plutôt bien, “Express Yourself” pourrait marcher, “U Can’t Touch This” serait amusant, et “Empire State of Mind” donnerait une dose exceptionnelle Hip Hop aux «Dix choses». mais en fait, si on utilise une chanson de Glee, ça devrait être “Dont Stop Believin” (Ne cesse pas de croire).  Chanson de Glee c’est sûr, excellentes paroles et l’inspiration pour la performance des White Sox de Chicago dans les World Series. 

Strangers waiting (Des étrangers qui attendent)

Up and down the boulevard (partout sur le boulevard)

Their shadows searching in the night (Leur ombre fouille dans la nuit)

Streetlight people (des gens sous les lumières des réverbères)

Living just to find emotion (qui vivent uniquement pour trouver l’émotion)

Hiding somewhere in the night (en se cachant quelque part dans la nuit.)

Trouver l’émotion ne sera pas un problème à Tampere.  Donc la chanson est bonne, elle est de Glee et les paroles n’ont en fait rien à voir avec quoi que ce soit d’autre dans cet article!

6.  Je pense que cette chanson fonctionne pour deux raisons.  Premièrement, les Turbos de Cambridge apportent à l’équipe du Canada une bonne partie de son effectif, avec quatre membres de la formation (Jackie Gaudet, Jennifer Wakefield, Vanessa Cowlen, et Meghan Pittaway) et elles vivent dans l’ombre du fantastique escarpement du Niagara.  Sarah Harmer vit aussi près de l’Escarpement et elle a une chanson qui le raconte : The Escarpment Blues (Le blues de l’Escarpement) (la vidéo est de Mamma Yamma’s Kitchen de l’émission CBC Kids.  Et à propos, c’est une source étonnante de bonne nouvelle musique canadienne). Ses paroles font référence à la taille et à la force de l’équipe canadienne :

If they blow a hole in the backbone (S’ils percent un trou dans l’échine)

The one that runs cross the muscles of the land (Celle qui court le long des muscles du pays)

We might get a load of stone for the road (On risque d’obtenir beaucoup de pierres pour la route)

But I don’t know how much longer we can stand (Mais je ne sais pas si nous pourrons rester debout encore longtemps)

L’échine d’Équipe Canada est plutôt grosse, car c’est les muscles qui forment l’ossature de notre pays. Les Finlandaises ne sont pas non plus des fleurs bleues délicates, mais elles devront affronter une équipe canadienne solide et en bonne condition physique, et ce sera difficile de pénétrer dans le triangle.

7.  Je pense que le Minnesota n’est pas vraiment reconnu pour sa place sur la scène musicale. Mais les génies que sont Prince, les Jayhawks et Wilco viennent tous du Minnesota.  Et le Minnesota, quelle coïncidence, est également l’endroit où a eu lieu le dernier Championnat du monde de ringuette en sol américain (les connaisseurs appellent ça une transition en douceur!).  Pendant ce Championnat du monde, le Canada devra faire face à l’adversité, qu’il s’agisse d’une partie difficile, d’un mauvais but encaissé ou d’un but chanceux, bref de n’importe quoi pouvant arriver. Après tout, l’autre équipe est bonne et elle va vouloir gagner chez elle. Alors le Canada doit suivre le conseil que les Jayhawks ont donné à Marina dans Save It For a Rainy Day: (Garde-le pour une journée pluvieuse)

Don’t look so sad, Marina (N’ait pas l’air si triste Marina)

There’s another part to play (Il y a une autre partie à jouer)

Don’t look so sad, Marina (N’ait pas l’air si triste Marina)

Save it for a rainy day (Garde-le pour une journée pluvieuse)

Tant qu’il y aura une autre partie à jouer, le Canada ne pourra pas se permettre d’avoir l’air triste.  Et si on perd une partie? Il faut gagner la prochaine… Et si on écope d’une pénalité suite à une décision contestable? On endure et on n’encaisse aucun but pendant cette pénalité …. Il faut simplement continuer à travailler fort, et ne pas avoir l’air triste, car ça, ça peut attendre une journée pluvieuse.

8. Je pense que deux joueuses du Wild de Saskatoon auront quelque chose à dire dans ce tournoi avant que tout soit fini. Une d’entre elles est la Canadienne Erin Cumpstone. Et l’autre est sa coéquipière depuis deux ans, Salla Kyhalla qui joue pour la Finlande.  Au Championnat du monde de ringuette elles vont toutes les deux voir une facette très différente de leur ancienne coéquipière.

Comme Erin et Salla, Joni Mitchell vient de Saskatoon, et elle a écrit Both Sides Now (Les deux côtés maintenant) une chanson de référence à propos de voir les choses d’une autre manière :

Bows and flows of angel hair and ice cream castles in the air (Des arcs et des vols de cheveux d’anges, et des châteaux de crème glacée en l’air)

And feather canyons everywhere, i’ve looked at cloud that way. (Et des canyons en plume de tous les côtés, voilà comment j’ai imaginé les nuages)

But now they only block the sun, they rain and snow on everyone. (Mais il ne font que cacher le soleil, et ils versent la pluie et la neige sur le monde)

So many things i would have done but clouds got in my way. (J’aurais fait tant de choses, mais des nuages m’en ont empêchée.)

Le Canada devra s’assurer que, comme les nuages, Salla ne soit pas un obstacle dans notre chemin!

9.  Je pense que quatre joueuses de cette équipe canadienne en étaient déjà membres au Championnat du monde de 2002 (Jackie Gaudet, Jenn Wakefield, Keely Brown and Barb Bautista). Pour elles, c’est une très longue période d’attente avant d’avoir l’occasion de brandir à nouveau le trophée Sam Jacks. Elle auront une nouvelle chance de le faire à Tampere …….. At Last (Finalement).  Comme Beyonce (et Etta James avant elle) ces quatre joueuses savent ce que c’est d’avoir réalisé son rêve, et maintenant, elles veulent le réaliser à nouveau :

The night I looked at you (La nuit où je t’ai regardée)

I found a dream that I could speak to (J’ai trouvé un rêve auquel je pouvais parler)

A dream that I can call my own (Et un rêve que je peux appeler le mien)

I found a thrill to rest my cheek to (J’ai trouvé une sensation sur laquelle reposer ma joue)

A thrill that I have never known (Une sensation que je n’avais jamais ressentie.)

10.  Je pense que voici mes pensées de la semaine non liées au Championnat du monde de ringuette :

a.            Je pense que les séries éliminatoires de baseball n’ont vraiment aucun intérêt. C’est dommage, c’est très divertissant de voir du bon baseball.

b.            Je pense que vous devez vérifier si votre réveil est en grande forme! Voici les horaires de début des parties pour la médaille d’or à Tampere en Finlande :

Partie 1 – 18 h 30  à Tampere (8 h 30 du matin sur notre côte Ouest)

Partie 2 – 18 h 30  à Tampere (8 h 30 du matin sur notre côte Ouest)

Partie 3 – 14 h 30  à Tampere (4 h 30 du matin sur notre côte Ouest)

Mais si vous vous réveillez tôt, vous serez récompensée car la webémission est produite par le diffuseur national finlandais YLE  et distribuée par l’Eurovision.