Dix choses auxquelles je pense – janvier 2013

«Rivalité» – nom – compétition pour le même objectif, ou pour la supériorité dans le même domaine.

En ringuette, il y a toutes sortes de rivalités. Ce mois-ci, dans les «Dix choses auxquelles je pense», nous allons examiner quelques-unes des rivalités dans la Ligue. Manifestement, beaucoup de ces rivalités vont être mesurées par des statistiques, alors veuillez noter que, à moins qu’il en soit indiqué autrement, les statistiques auxquelles nous allons faire référence proviennent de notre base de données, si bien qu’elles ne reflètent pas nos premières saisons (qui n’ont malheureusement pas fait l’objet de rapports électroniques systématiques).

1 – Je pense que la rivalité entre l’Est et l’Ouest est celle qui est la plus évidente dans notre Ligue aujourd’hui. Au cours des premières années de la Ligue, les équipes de l’Est n’affrontaient les équipes de l’Ouest qu’à l’occasion des compétitions de fin d’année (Championnat canadien de ringuette ou Championnat de la LNR). Mais cette saison, nous avons eu le privilège de voir des parties inter-conférences pendant la saison régulière.

Voici un aperçu rapide des statistiques des rencontres entre l’Est et l’Ouest :
Depuis que le Championnat de la LNR a remplacé la division ouverte du CCR en 2008, le décompte des médailles est le suivant :
• Est : deux d’or, quatre d’argent et deux de bronze, pour un total de huit;
• Ouest : trois d’or, une d’argent et trois de bronze, pour un total de sept.
Jusqu’à présent pendant la saison 2012-2013, voici les statistiques pour les rencontres inter-conférences 
• Est : trois victoires;
• Ouest : onze victoires.

Par conséquent, l’Est a gagné davantage de médailles au Championnat de la LNR, mais l’Ouest a plus de médailles d’or, et c’est lui qui détient pour l’instant le plus de victoires cette saison dans les confrontations inter-conférences. Tout peut arriver, et tout se résume à celui qui pourra livrer la marchandise quand cela comptera le plus.

2 – Je pense qu’un peu de rivalité entre soeurs attise parfois le feu chez les athlètes. Les deux membres du duo Gaudet / Wakefield se sont retrouvées dans des équipes rivales depuis deux ans, alors que Jackie joue pour Cambridge et que Jenn est sur la côte ouest. Nous savons qu’elles ont présenté des statistiques impressionnantes lorsqu’elles évoluaient ensemble (s’entraidant l’une l’autre pour la course à la meilleure marqueuse). Mais quelle a été leur efficacité depuis qu’elles se sont retrouvées dans des régions opposées du pays?

Voici donc leurs statistiques de la saison régulière (en date du 9 janvier) lorsqu’elles sont dans des équipes rivales (à savoir en 2009, 2011 et 2012) :
Jenn – parties disputées : 63, buts : 97, points : 189 (moyenne de points par partie : 3)
Jackie – parties disputées : 76, buts : 159, points : 297 (moyenne de points par partie : 3,91)

Par conséquent, qu’elles soient ensemble ou séparées, elles excellent toutes les deux. Mais, touchons du bois, nous aurons sans doute la chance de les voir à nouveau réunies au sein de l’équipe nationale en 2013.

3 – Je pense que comme dans la plupart des ligues sportives, nous avons notre propre bataille de l’Alberta. Dans la LNH, ce sont les Flames et les Oilers, dans la LCF ce sont les Stampeders et les Eskimos, et nous, nous avons le RATH et le WAM! (Et entre parenthèses, les noms de nos équipes sont bien plus chills!). Lors de leurs affrontements l’une contre l’autre (depuis 2009), le WAM! a marqué 103 buts et enregistré 11 victoires, tandis que le RATH a compté 112 buts et eu le dessus 15 fois sur leurs rivales. Au total de victoires et de buts, c’est le RATH qui l’emporte, mais dans les rencontres de Championnat (depuis la fusion du CCR et du Championnat de la LNR), le WAM! a deux titres et une médaille de bronze, alors que le RATH a deux médaille de bronze. Donc, quand cela compte le plus, lors des parties décisives, le WAM! s’est avéré un peu plus performant que le RATH.

4 – Je pense qu’il y a aussi une grosse rivalité dans la région de la Capitale nationale. Ottawa contre Gloucester, tout est dit! Même si apparemment, les statistiques sont très en faveur du Ice, la rivalité entre ces deux formations s’étend bien au-delà de la LNR. À titre d’associations voisines dans la région de la Capitale nationale, ces équipes s’affrontent sur une base hebdomadaire à tous les niveaux, si bien que lorsqu’elles arrivent au niveau de la LNR, les joueuses sont pleinement conscientes que la suprématie locale est en jeu, ainsi que le droit de s’en vanter! Depuis que nous compilons des statistiques sur le site Web de la LNR, les équipes se sont affrontées 24 fois, et elles ont fait un match nul, tandis que les Devils ne l’ont emporté que trois fois. Le Ice a donc dominé cette rivalité avec 20 victoires, et 124 buts dans cette série. Mais si on examine de plus près les statistiques et les pointages de ces deux dernières années, le fossé à tendance à se rétrécir un peu. Les Devils ont progressé et elles sont capables de voler quelques points de plus à leurs rivales au fil de la saison. Assurément, leur victoire imprévue de 5 buts à 3 contre les Turbos de Cambridge en fin de semaine dernière nous a démontré que cela peut très bien arriver. La rumeur veut que la dernière fois que Gloucester avait battu Cambridge, ça a été en octobre 2007.

5 – Je pense que, quand on prend l’autoroute 401 vers l’Ouest, juste un peu après Toronto on arrive dans le territoire d’une autre des principales rivalités de la Ligue, à savoir celle de Waterloo et de Cambridge. Tout comme dans le cas des rivaux de la région de la Capitale nationale, les statistiques sont apparemment inégales. Alors que ces formations se sont affrontées 26 fois, les Turbos ont marqué 171 buts à leurs rivales de l’autoroute 401, engrangeant du même coup 23 victoires, tandis que le Wildfire a répliqué en marquant 79 buts et en remportant trois victoires dans la série.

6 – Je pense que quand des rivales s’unissent, le résultat peut être en or! Il n’y a qu’à demander à Équipe Canada Ouest, qui ne manquait pas de rivalités en son sein, avec sept joueuses partantes dans la LNR (sans compter les affiliées). Jessie Callander (de Turbos), Jennifer Gabel (des Devils), Poulin-Bélanger (du Mission), Alexandra Lacharité (du Royal), Jasmine LeBlanc (des Devils), Martine Caissie (de l’Attaque) et Megan Gibson (du Lightning) ont toutes dû former un tout cohérent ensemble avec leurs rivales de la conférence, pour réussir à remporter les gros matchs! Mais considérant la récompense au bout du voyage, et la feuille d’érable qu’elles arboraient sur la poitrine, je pense qu’il leur a été assez facile d’oublier leurs rivalités et de collaborer pour remporter la médaille d’or!

7 – Je pense que Montréal et Richmond Hill forment une des rivalités les moins connues de la LNR. Mais tous ceux d’entre nous qui étaient présents au Championnat de la LNR l’an dernier, ou qui ont entendu parler de leur premier match l’une contre l’autre cette saison, cette rivalité est assez évidente, merci! En effet , lors de leur partie dans le tournoi à la ronde du Championnat de 2012, à elles deux, ces deux équipes ont écopé de 50 minutes de pénalités! Étant donné qu’il y avait là-dedans deux pénalités majeures et plusieurs pénalités pour conduite non sportive, ont constate que cette rivalité est bien réelle et très intense! Ces deux formations ont eu tout l’été et l’automne pour se calmer après cet affrontement digne d’un cirque, avant qu’elles se retrouvent à nouveau l’une face à l’autre au mois de novembre. Cette fois-là, la partie s’est terminée avec un total de 32 minutes de pénalités, et s’est soldée par des tirs de barrage. Est-ce que c’est une amélioration? Oui, sans aucun doute, Mais il est clair qu’à ce niveau de leur lutte, pouvoir rester disciplinées et hors du banc des pénalités (comme Agnes Jacks avait l’habitude de dire) pourrait bien faire la différence entre gagner et perdre la partie.

8 – Je pense qu’on est bien seul au sommet! Il n’y a qu’à demander au Thunder de la Colombie-Britannique! À titre de championnes de la LNR, je suis relativement certaine que toutes les équipes de la Ligue les ont sur leur liste de rivales. Elles détiennent le titre canadien jusqu’au début du mois d’avril, et jusque là, tout le monde va s’efforcer aux mieux de ses possibilités de battre «les meilleures». Mais les forces sont bien réparties dans la Ligue, et le titre de la saison 2012-2013 est à la portée de beaucoup de formations. Laquelle de toutes ces équipes va connaître une saison «où elle se sentira toute seule» l’an prochain?

9 – Je pense que j’ai une pensée ne concernant pas les rivalités à vous communiquer ce mois-ci. Chapeau bas à toutes les joueuses de la LNR qui ont participé au Championnat du monde de ringuette des moins de 19 ans à London, puis qui sont revenues quelques jours plus tard pour disputer des parties de la saison régulière de la LNR. La plupart des gens auraient probablement pris un peu de repos et récupéré pendant quelques jours (ou semaines), mais bravo les filles! : votre statut d’athlètes de haute performance vous a poussé à vous dépasser pendant une fin de semaine de plus. Vous avez toutes mon entière admiration.

10 – Je pense que voici mes pensées non liées à la LNR :

1. Je pense que je ne trouve même pas les mots pour exprimer à quel point c’était fantastique de pouvoir voir les mots ‘Le Canada remporte la médaille d’or!’ imprimés pour la première fois depuis dix ans. Chapeau bas à tous ceux et à toutes celles qui ont travaillé en coulisses pour que cela puisse se produire. Félicitations, et merci aux athlètes et aux entraîneures qui ont rapatrié le titre au Canada.

2. Je pense que Samantha Belle et Junior Jacks sont vraiment chill! C’est vraiment excitant de voir nos mascottes du programme Venez essayer la ringuette s’animer dans le cadre des célébrations du 50e anniversaire (www.ringette50.ca). Surveillez leur programme pour avoir une chance de prendre une photo avec nos nouvelles mascottes de la ringuette. Et est-ce que vous avez vérifié leurs biographies pour savoir quelles sont leurs joueuses favorites de la LNR?

3. Je pense (en fait je sais très bien) que les webémissions du Championnat du monde de ringuette des moins de 19 ans ont connu un succès retentissant! En effet, pendant le tournoi, environ 9 300 personnes ont regardé ces retransmissions. Et le jour de la finale, il y a eu 2 386 web-spectateurs, lors de la journée la plus regardée de tout le tournoi. Merci à tous ceux et à toutes celles qui se sont branchés pour regarder le tournoi! Et un gros merci à notre commentatrice Lindsay Deveaux qui a été la «voix» de la compétition, ainsi qu’à ses assistants Terri Nosal, Sheri Markle et David Singh.

4. Je pense que ça a été exceptionnel de voir que le quotidien national du Canada, le Globe and Mail a couvert notre sport par deux fois dans une période de huit jours (le 26 décembre et le 3 janvier). Ce n’est pas souvent que notre sport bénéficie d’un tel profil national, alors nous disons tous un gros merci au Globe!