Dix questions avec Jennifer Hartley

Nous avions demandé aux gens, dans un sondage effectué plus tôt cette saison, de nous indiquer à qui nous aimerions confier un poste de chroniqueuse invitée sur le site Web de la Ligue nationale de ringuette. Et c’est Jennifer Hartley, une centre vétéran du WAM! d’Edmonton, qui joue cette saison en Finlande, qui a remporté le scrutin avec 43% des voix (240 votes). Vous trouverez ci-après le premier article de Hartley. Bonne lecture!

Bonjour, je m’appelle Jennifer Hartley, ancienne joueuse du WAM! d’Edmonton, et je joue actuellement à Pori, en Finlande, dans la Ligue nationale de ringuette de Finlande (SM-sarja) pour le club Luvia Kiekko (ce qui veut dire la «rondelle» en finlandais). Cela fait maintenant un peu plus de quatre mois que je suis en Finlande, et même si les choses sont très différentes ici, je suis bien adaptée et j’aime beaucoup mon expérience au pays des Finnois!

Dix questions posées à Hartley
1. De Balzac, en Alberta, à Pori, en Finlande…racontes-nous pourquoi as-tu fait un tel déménagement?
Jenn : Je suppose que j’ai toujours voulu vivre dans une ville étrangère, en Europe, et quoi de mieux que de me retrouver en Finlande, où je peux continuer à jouer à la ringuette! Et pourquoi Pori? Parce que l’équipe et le club d’ici m’ont donné la meilleure occasion de connaître et d’apprécier la culture finlandaise, et de jouer dans la Ligue de ringuette de Finlande.
Voici ce que me disent mes coéquipières : «Évidemment, si quelqu’un a eu le malheur de naître dans un trou comme Balzac, en Alberta, au Canada, ce n’est pas étonnant qu’il ou elle veule déménager en Finlande!»

2. Quelles sont les trois choses qui te manquent le plus du Canada?
Jenn : Mmm … voyons … c’est difficile …. il faut réduire la liste …. peut-être la capacité de comprendre les gens et de lire les enseignes et panneaux publics. L’autre jour je croyais aller à un restaurant thaïlandais parce que j’ai vu le mot Thai sur l’enseigne … mais je me suis retrouvée dans un endroit où on fait des massages! Manifestement, l’autre chose qui me manque, ce sont mes amis et ma famille, mais aussi le WAM! d’Edmonton. Et je pense que la troisième chose que je choisirais, ce seraient les Prairies … j’endurerai même les moins 30 degrés de chez nous au lieu du zéro qu’on a ici actuellement, si cela pouvait me débarrasser de toutes ces forêts! La capacité de voir à des kilomètres de distance dans les Prairies me manque vraiment beaucoup. Mais il y a plusieurs autres choses auxquelles je pense, et qu’ils pourraient avoir ici : par exemple les magasins à un dollar (il est vraiment difficile de trouver des choses aussi bon marché ici), la diversité canadienne (une des choses les plus cools en Finlande c’est leur culture distincte, ici le manque de diversité est vraiment très apparent), la nature ouverte et invitante de la culture canadienne me manque aussi, …. et bien évidemment les Tim Horton’s!
Voici ce que me disent mes coéquipières : « Mis à part la LNH, rien au Canada n’est vraiment mieux que ce que nous avons ici en Finlande!»

3. En quoi jouer à la ringuette en Finlande est différent d’y jouer au Canada?
Jenn : Eh bien tout d’abord, leur style de défensive est très différent du nôtre …. au Canada on enseigne aux défenseures à marquer davantage le corps de la joueuse adverse que son bâton, alors qu’en Finlande le jeu défensif consiste davantage à jouer le bâton, et moins le corps… et il m’a fallu un peu de temps comme attaquante à m’habituer à ce style. Je commence juste à sentir que je suis capable de jouer à un niveau similaire à celui où je jouais chez nous, et la saison est déjà à moitié terminée! Parmi les autres grosses différences entre les ligues du Canada et de la Finlande, je trouve aussi que les méthodes de préparations sont différentes. En Finlande, les équipes arrivent à la patinoire en général jusqu’à deux heures avant le match, et les joueuses commencent presque tout de suite à faire une routine d’échauffement avec de la marche, de la course, des étirements et (ou) une petite partie de soccer. Au Canada, l’échauffement hors glace est beaucoup plus axé sur la préparation mentale. Même si les Canadiennes s’échauffent aussi sur le plan physique avant les parties, le principal accent est mis sur la préparation mentale pour le match qui s’en vient, si bien que les échauffements sont en général plus courts et contiennent beaucoup plus d’activités qui excitent ou relaxent les joueuses, comme danser, s’encourager, écouter de la musique, et ainsi de suite.
Selon la perspective finlandaise : les Canadiennes sont folles parce qu’elles ne s’échauffent pas pendant une heure hors glace avant chaque séance d’entraînement … et on a même entendu dire que certaines Canadiennes de la LNR ne s’entraînent que trois fois par semaine !

4. Est-ce que tu as hâte de participer au Championnat du monde des clubs en décembre ? Selon toi, qui va gagner ?
Jenn : C’est sûr! J’ai hâte! Pour trois raisons : d’abord parce que je vais avoir la chance de disputer plus d’une partie après avoir voyagé pendant plus de deux heures; deuxièmement parce que les équipes que nous allons rencontrer sont très bonnes et que le tournoi sera très difficile; et troisièmement parce que je vais finalement avoir l’occasion de voir et de parler avec plusieurs vieilles amies, et surtout avec des gens dont l’anglais est la langue maternelle!
La voix finlandaise : «Voyons, c’est évident, c’est une équipe finlandaise qui va gagner!»

5. Est-ce que Halloween est très fêtée en Finlande ? Est-ce que tu t’es déguisée ? En quoi ?
Jenn : Pas du tout …. ils ont cette fête qui tombe la fin de semaine qui suit l’Halloween ,et qui est pour célébrer les morts … mais pour ce qu’il y a de mieux dans Halloween, soit se déguiser et manger des bonbons jusqu’à s’en rendre malade, il ne l’ont pas du tout. EST-CE QUE JE ME SUIS DÉGUISÉE ? Bon, bien sûr comme toute bonne Canadienne, j’ai apporté mes deux plus beaux costumes, et j’en ai fabriqué un troisième depuis mon arrivée, et j’ai convaincu plusieurs de mes amies finlandaises de se déguiser avec moi.
Perspective finlandaise : «Halloween??????? C’est quel jour déjà ?»

6. Quelles sont les trois choses que tu aimes le mieux à propos de la Finlande?
Jenn : Je dirais le choc culturel … la nouvelle langue, la nouvelle nourriture, la nouvelle manière de vivre … c’est fantastique … ça me fait réaliser dans quelle bulle j’ai grandi. Je suis si heureuse d’avoir eu cette chance de voyager. J’aime le fait que les Finlandais sont si bien éduqués, et leur fierté de se tenir au courant de ce qui se passe dans le monde. Il est très fréquent que des gens plus jeunes que moi lisent le journal tous les jours. Et ici, les gouvernements et les entreprises ont moins de pression pour s’occuper du bien-être des gens. Ici, on s’attend à ce que les gens soient des citoyens très bien informés, et on leur enseigne dès un très jeune âge de prendre soin d’eux-mêmes et de remettre en question ce qu’on leur dit. J’aime aussi la couverture médiatique et le respect dont bénéficie la ringuette en Finlande. Même s’il n’y a que 4 000 joueuses de ringuette dans tout le pays, on retransmet à la TV les résultats de toutes les parties immédiatement après les résultats de hockey sur glace. Et il y a des articles de plusieurs centaines de mots dans les journaux le lendemain.
Perspective finlandaise : La Finlande est le pays du Père Noël, ce qui est vraiment fantastique. Et aussi, nous avons une des populations les mieux éduquées, et un style de vie très socialiste dans lequel tout le monde bénéficie des mêmes chances dans la vie.

7. Tu es récemment devenus une adepte de Twitter, racontes-nous pourquoi tu as rejoint les rangs de ce réseau. Et est-ce que tu trouves ça difficile de compresser tes pensées en moins de 140 caractères ?
Jenn : LOL, Twitter est fantastique, mais c’est presque impossible pour moi d’exprimer quoi que ce soit en moins de 500 lettres. Mais il est certain que j’aime beaucoup pouvoir me tenir au courant de ce qui se passe chez nous.
En Finlande : Twitter… qu’est-ce que c’est que ça??? Pourquoi pas utiliser Facebook?

8. Est-ce que tu te considères comme une espionne de la ringuette ? Est-ce que tu vas recueillir tous les secrets de la ringuette en Finlande et les ramener à la maison, au Canada ?
Jenn : Absolument, je prévois non seulement m’améliorer en tant que joueuse de ringuette pendant mon séjour en Finlande, mais j’essaie aussi d’en apprendre le plus possible sur le style de jeu finlandais et sur leurs meilleures joueuses, afin que nous puissions être plus efficaces lors des prochains Championnats du monde.
Perspective finlandaise : Tu peux toujours essayer, Hartley!

9. Qu’est-ce que tu manges au petit déjeuner en Finlande ?
Eh bien le petit déjeuner est ce qu’il y a de plus étrange pour moi ici. Mais je suis tombée en amour avec ! La première option est le déjeuner normal finlandais qui se compose d’un pain de seigle très dense (ruisleipä) avec du fromage (juusto), du jambon (kinkku), des concombres (kurkku), des tomates (tomaatti), et de la laitue (salaatti). Donc finalement, ils mangent des sandwiches au petit déjeuner (c’est presque toujours un sandwich à face ouverte) … mais une autre option consiste à tartiner beaucoup de beurre sur ton pain de seigle et de couronner le tout d’une tranche de saumon salé et de fenouil (c’est mon mets favori entre tous). Ou bien ils mangent parfois du gruau, mais pas comme celui qu’on mange chez nous … je ne sais même pas comment le décrire, mais c’est bon. En général, ils le mangent avec un jus de fruits vraiment épais (il l’appellent de la «soupe») ou avec de la confiture sur le dessus, ou même tout simplement du beurre fondu. Juste de vous raconter ça, ça me fait saliver ! Il est aussi intéressant de remarquer que les Finlandais mangent tellement de poivrons rouges qu’ils sont en fait moins chers que les poivrons verts dans ce pays.

10. Voilà ta chance de passer un message personnel – à qui vas-tu l’adresser ?
C’est pas facile, voyons … même si je veux envoyer des baisers à toute ma famille, et faire passer une subtile menace à mes futures adversaires du Championnat du monde des clubs, je me vois obligée de choisir un gros «let’s go» au WAM! d’Edmonton : «Continuez à travailler fort les filles, et n’oubliez jamais que vous avez des fans dans tous les coins du monde, qui vous encouragent et qui vous souhaitent la triple couronne !!!»

Et pour finir, est-ce que tu aimerais rajouter quelque chose ?

Quelques pensées éparses alors ….
Apparemment, tous les Finlandais haïssent la couleur de leurs cheveux, si bien qu’ils mettent tous une abondante couche de teinture. Même si je souhaite me sentir le plus possible comme une Finlandaise, j’ai essayé deux fois de me teindre les cheveux en blond, et je ne suis même pas passée proche d’avoir la même couleur de cheveux que les Finlandaises !

En Finlande, les pantalons de Yoga ne sont pas «in». Certains pourraient même dire qu’ils ne sont pas cool. Et c’est OK de rentrer ses jambes de pantalon dans ses chaussettes si on le fait pour des raisons pratiques.

Même si ici, pratiquement tous les membres de la société parlement couramment anglais, quand je vais à l’épicerie et que je parle en anglais à mes amies, tous les enfants me regardent bizarrement.

Une fois, j’étais dans un magasin et la caissière m’a posé une question alors que je ne m’y attendais pas. J’ai un peu paniqué, et j’ai répondu en français, si bien que la caissière a répété sa question en anglais, et alors je lui ai répondu en finlandais, Wow, c’était cool !

Étant donné que je suis bilingue et que le français a constamment fait partie de ma vie, j’ai parfois du mal à distinguer les expressions françaises des expressions anglaises que j’utilisais chez nous. Une de celles que j’utilisais fréquemment quand je voulais que quelqu’un se dépêche est : «Vite ! Vite !», et par un hasard étrange cela sonne pratiquement pareil qu’un juron finlandais très communément utilisé par tout le monde ! Alors il a fallu que j’apprenne à surveiller de très près tout ce que je dis !
 

PHOTOS:

Un match de la ligue de hockey de Finlande auquel j’ai assisté. Il y a vraiment un sauna dans le coin de la patinoire, depuis lequel les hommes d’affaires peuvent regarder le match. Vous parlez d’une obsession des saunas ici !

 

Moi, habillée en gardienne de but, avec Miia Railio, et la vraie gardienne de but de mon équipe, Anna Björklöf.

Moi, le «jour des maillots», à côté du panneau qui indique à tout le monde quand sont nos parties afin qu’ils puissent venir les voir.

Moi avec mes amies finlandaises le jour d’Halloween.

Une citrouille que j’ai sculptée à Halloween.

Mon costume de castor.

Comment on vend les citrouilles en Finlande.

Moi et mes coéquipières la journée «Portez votre maillot».

Les gâteaux que j’ai faits à Halloween, pour montrer à mes coéquipières c’est quoi Halloween.

Comment la coiffeuse de Rauma en Finlande a arrangé mes cheveux après ma première coupe de cheveux finlandaise. Apparemment c’est vrai que tout le monde ici à le même genre de cheveux, parce que la coiffeuse ne savait vraiment pas quoi faire avec les miens !