Double rivalité fraternelle à l’aréna Baribeau

RINGUETTE. L’aréna Baribeau sera l’hôte d’une partie spéciale samedi. D’un côté, il y aura les partisans du Fusion de Gatineau. De l’autre, ceux des Devils de Gloucester. Et au centre des estrades, trois parents qui auront les couleurs des deux équipes.

Alyssa Mainwood et Karli O’Brien vivront une situation particulière: les attaquantes de la formation outaouaise dans la Ligue nationale de ringuette (LNR) seront confrontées à nul autre… que leurs sœurs!

Les Devils alignent Jessica Mainwood et Alison O’Brien.

«Mes parents s’assoient dans le milieu, car ils ne savent pas quelle équipe encourager», indique Karli, 20 ans.

«Ma mère doit sûrement rejoindre les parents de Karli», précise sa coéquipière de 21 ans avec un léger sourire.

Et le père? «Il est l’entraîneur du Fusion, donc c’est encore plus spécial de le voir derrière le banc à entraîner sa fille alors que son autre fille est dans l’autre club.»

La situation existe depuis 2014, elles qui avaient toujours évolué dans la même équipe.

Karli avait été repêchée par le Fusion, sa sœur par les Devils. Elle savait que les chances qu’elles soient réunies dans la LNR étaient quasi-inexistantes, compte tenu de leur potentiel.

Quant à Alyssa, son père s’est fait offrir le poste de pilote de l’autre côté de la rivière. La fille de l’entraîneur trouvait l’opportunité bonne de découvrir un nouvel environnement, surtout que les joueuses de Gatineau ont une bonne réputation à travers le circuit.

«J’ai donc fait le choix de ne pas rester pour jouer avec ma sœur», lance-t-elle.

Les membres de la troupe gatinoise ont le même discours. Affronter sa sœur demeure un moment excitant, elles qui ont respectivement toujours joué ensemble. L’intensité sera au rendez-vous, mais la rivalité sur la glace disparaît une fois que la sirène retentie.

En fait, tant Alyssa que Karli, les deux auraient de la difficulté à en vouloir à leur frangine. À leurs yeux, leur sœur est leur meilleure amie.

«On est vraiment proche. Je lui dis tout et elle me raconte tout. On demeure compétitif l’une contre l’autre, tant à l’école que dans le sport, mais ça demeure ma sœur et je ne la changerais pour rien au monde», mentionne Alyssa qui est plus jeune que Jessica de seulement 15 mois.

Alyssa et Karli sont attaquantes. Leurs sœurs sont à la ligne bleue. Les confrontations risquent de se multiplier.

«Si on se bat pour l’anneau, on va se pousser un peu plus fort. Je vais jouer un peu plus physique, car c’est ma sœur. Je n’aurais pas peur de l’être. Je ne lui laisserais pas de chance, car sur la glace, nous ne sommes plus des amies.»

On connaîtra le dénouement samedi soir à l’aréna Baribeau alors que le coup de sifflet initial se fera entendre à 18h. Lors de la dernière saison, le Fusion n’avait battu qu’une seule fois les Devils en cinq occasions.

Bien que la campagne 2015-2016 soit encore jeune, il y aura un enjeu minimal pour le classement. Gatineau occupe le 5e rang, devançant Gloucester par un maigre point. Le club ontarien a cependant deux matchs en mains sur son rival outaouais.

Source : Antony Da Silva-Casimiro
http://www.journallarevue.com/Sports/2015-11-06/article-4334284/Double-rivalite-fraternelle-a-larena-Baribeau/1