LA RINGUETTE ET LES ÉTUDES

Pour certaines coéquipières, la ringuette est la seule chose importante dans leur vie. Pour moi aussi, quand j’étais plus jeune, ce l’était! Par contre, au fil du temps, il a fallu concilier les études avec la compétition. Tout comme mon texte sur la Ringuette et le diabète, j’aimerais vous faire part de mon expérience afin que vous soyez inspirées à continuer vos efforts pour concilier ringuette et études…

Durant mes années de ringuette, j’ai fait partie d’équipes élites exigeant beaucoup d’engagement et de temps de ma part, dont pendant les compétitions.

Au début, il s’agissait de tournois la fin de semaine. Après un tournoi en tant que joueuse et même arbitre, on dépense beaucoup d’énergies et on termine la fin de semaine épuisée. Certaines coéquipières (que je considérais alors comme étant chanceuses) prenaient le lundi de congé d’école. Mes parents m’obligeaient à aller à l’école et de me concentrer également sur mes études. Je leur en voulais de ne pas me comprendre…

Puis, les tournois sont devenus des trois jours puisqu’on devait quitter le vendredi afin d’arriver à temps pour les premières parties. Je manquais donc une journée d’école. Les mêmes coéquipières en manquaient deux! Et puis ce fut au tour des semaines de tournois comme au Championnat canadien… En fin de compte, je manquais beaucoup de journées d’école quand on les additionne!

Je devais m’entendre avec mes enseignants pour qu’ils me donnent des travaux à faire pour rattraper le retard. C’était difficile. Aussi, dans les tournois et les déplacements, je passais beaucoup de temps à lire et faire mes devoirs au lieu de me reposer, d’écouter la télé ou de jouer avec mes amies. C’était aussi difficile.

Avec le recul aujourd’hui (ou la sagesse!), je sais qu’il est primordial de se concentrer sur nos études, tant pendant les semaines d’école que pendant les compétitions. Autant on peut atteindre de hauts sommets en ringuette, autant il faut continuer les études qui nous mènent vers un futur de réussites en nous permettant d’acquérir des compétences et aptitudes qui nous serviront plus tard.

Il est vrai que ça peut être difficile à gérer mais il s’agit de trouver un équilibre de vie avec une volonté, une méthodologie et une discipline personnelle qui permettront de mener à bien ce double projet de réussite, scolaire et sportive. On n’a pas à sacrifier nos études et notre avenir pour la ringuette. On peut concilier les deux et se démarquer au niveau sportif, scolaire et professionnel.

La motivation soutenue pour la ringuette doit être la même pour les études. La réussite est globale : si on a de bons résultats scolaires, on aura aussi toutes les chances de réussir notre sport si les efforts sont là. Il s’agit de rechercher sans cesse, dans ces deux sphères, de toujours se dépasser.

J’ai réussi à jouer dans l’élite, arbitrer beaucoup, être arbitre en chef, faire de la musique, avoir un emploi, faire mon baccalauréat en droit et même de voir mes ami(e)s, et tout cela, en même temps. Quand on veut, on peut, avec une bonne gestion du temps, être présente à toutes les pratiques et de réussir l’année scolaire avec succès.

Je suis aujourd’hui notaire, entrepreneure autonome, et la ringuette me garde toujours, depuis plus de 27 ans, saine d’esprit (enfin, je crois!) et me remplit d’énergie pour travailler et, avant, étudier.

Joueuses continuez vos efforts! Parents, continuez d’aider votre enfant à maintenir un équilibre de vie sain et discipliné! Bonne vie de ringuette!