Le 14 chanceux de Molly Lewis

RINGUETTE. Il y a une histoire de famille à propos du numéro de Molly Lewis avec le Fusion de Gatineau.

Si elle a choisi le 14, c’est pour une raison particulière. En fait, une de cœur avant tout.

«Toute ma famille l’a porté. Ma sœur à la ringuette. Ma mère, mon grand-papa et mon père aussi l’ont eu. Ils faisaient d’autres sports comme à l’école et ont toujours porté ce numéro.»

Donc, le chiffre 14, pas question pour elle de le laisser à une autre joueuse lorsqu’elle s’est amenée avec le Fusion de Gatineau, qui l’a repêché l’an dernier.

Native de Nepean, Lewis, 19 ans, récolte les points à la pelle. Elle compte déjà sur 27 points après 11 parties, en lice pour le titre de recrue de l’année dans la Ligue nationale de ringuette.

Et sa performance de cette année n’a rien à voir avec la chance du débutant. L’attaquante de 5’6 a une collection impressionnante de médailles et d’honneurs individuels qui traîne à la maison.

Comme? L’or remporté aux Championnats nationaux en 2013. Ou encore la première place aux Jeux d’hiver de l’Ontario lors de la saison 2013-2014. Elle a décroché l’argent avec l’équipe de l’Ontario aux derniers Jeux du Canada en février.

Mais le plus impressionnant du lot? Sa médaille d’argent avec la formation canadienne en 2014 lors des Championnats du monde junior en ringuette. Et ce n’est pas tout. Les dirigeants du prestigieux tournoi l’avaient nommé Meilleure joueuse de la compétition.

«C’était glorifiant», lance-t-elle en se remémorant les souvenirs de l’an dernier.

Difficile d’avoir ce prix, mais pas la médaille d’or, reconnaît Lewis, qui avait participé à ces Mondiaux avec – pour la plupart – ses amies d’enfance. En 2014, la meilleure équipe de l’est du pays prenait part à la compétition.

«Et en plus, ç’avait lieu en Ontario. Toute ma famille était là pour me voir. C’était toute une expérience.»

Là, la nouvelle perle rare du Fusion revêtira à nouveau l’uniforme rouge et blanc, mais ce sera en Finlande durant le temps des Fêtes. Et contrairement à l’an dernier, on a choisi les meilleures joueuses au pays pour former l’équipe canadienne.

Ce sera la première fois que Lewis quittera le pays pour disputer un tournoi. Se disant excitée, elle avoue qu’un léger sentiment de revanche l’habite, mais puisque la composition de la troupe nationale est différente de 2014, elle ignore si les autres filles auront cette même émotion lorsqu’elles fouleront la glace.

«Mais cette fois-ci, je veux revenir avec l’or», conclut-elle. 

Source : Antony Da Silva-Casimiro
http://www.info07.com/Sports/2015-12-28/article-4385479/Le-14-chanceux-de-Molly-Lewis/1